S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

La CFDT a signé, avec l’UNSA et FO, un contrat de sur complémentaire santé.

Ce contrat, facultatif, propose pour un tarif de 9€10 par mois, une garantie familiale au-dessus du contrat frais de santé de base. Le but de cet accord est de permettre aux salariés d’accéder à des garanties de remboursement de frais de santé supérieures aux plafonds du cahier des charges des « contrats responsables ».

Ainsi les garanties concernent l’hospitalisation médicale, chirurgicale et maternité, ainsi que les actes médicaux et portent l’indemnisation à 400% de la base de remboursement SS, pour les médecins non adhérents à un DPTM (voir l’accord dans la rubrique « vos droits » ou ci-dessous pour plus de précisions).

A noter que la CFDT se refuse à introduire dans l’accord sur complémentaire des garanties qui pourraient être couvertes par l’accord frais de santé de base. C’est pourquoi des postes comme le dentaire ne sont pas concernés par la sur complémentaire.
En effet, basculer des garanties de l’accord de base sur la sur complémentaire provoquerait, à terme, des contrats frais de santé à deux vitesses : un contrat avec des remboursements de haut niveau pour les salariés qui peuvent se le payer, et un contrat appauvri pour les autres salariés. La sur complémentaire ne doit reprendre que des garanties qui ne peuvent pas être couvertes par le contrat de base, notamment parce qu’elles ne rentrent pas dans le cahier des charges du « contrat responsable ».
Des postes comme le dentaire, l’optique ou la médecine douce, par exemple, doivent être améliorés lors des négociations sur le contrat de base. Une réunion doit d’ailleurs se dérouler dans le premier semestre 2019.

2018 12 20 surcomplémentaire santé

3 réponses à La CFDT a signé, avec l’UNSA et FO, un contrat de sur complémentaire santé.

  • Les retraités du GIE AG2R peuvent-ils adhérer à cette surcomplémentaire et comment?

    • Non, les retraités ne peuvent pas adhérer à la surcomplémentaire santé. Les conditions générales précisent qu il faut être salarié du GIE d’une part, et bénéficier du contrat frais de santé de base d’autre part. Une exception : les retraités bénéficiant de l’accord « garantie de ressources ».

  • La part patronale de la mutuelle salarié est imposable sur le revenu, ce n’est plus un avantage, de ce fait, les salariés qui souhaitent souscrire à un autre organisme devrait avoir le choix, qu’est-ce qui justifie le maintien de l’obligation?

Vos commentaires (mail non obligatoire mais modération avant publication)