S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Crise sanitaire : retour (presque) à la normale en septembre

Lors de la réunion CSE du 23 juillet, la direction a présenté les mesures qu’elle compte appliquer le 1er septembre dans le groupe.
Elle envisage “un retour à la normale”.

La direction considère que l’on est revenu à une situation sanitaire qui était celle d’avant le pic de pandémie, même si le virus est toujours présent.

Elle anticipe que le gouvernement ne fera plus évoluer le plan de déconfinement et qu’aucun re-confinement aura lieu (sauf régionalisé). Par contre, la direction juge que les mesures sanitaires de distanciation sociale perdureront.
Si des “clusters” devaient apparaître, la direction, en concertation avec les représentants du personnel, réviserait ses mesures.

Donc à partir du 1er septembre, l’entreprise devra revenir à un mode de fonctionnement normal, avec les mesures de sécurité sanitaire (port de masques obligatoire dans les espaces communs et de circulation, distanciation d’un mètre…).

Le travail à distance sera celui de l’application stricte de l’accord télétravail (un ou deux jours par semaine). Si des assouplissements doivent être appliqués, ce ne sera qu’après une période transitoire de retour à la normale.

L’application PARC ne sera plus utilisée et le pourcentage d’occupation des locaux ne sera plus limité.

Le retour sur site en dehors des jours habituels de télétravail sera donc obligatoire.

Les personnes dites “fragiles”, sous réserve de la production d’un certificat médical, pourront être maintenues en télétravail, à condition qu’elles peuvent le pratiquer. Dans le cas contraire, un arrêt de travail sera demandé.

Par contre, les plages fixes resteront suspendues et les horaires de travail resteront élargis.

Les réunions en présentiel seront autorisées si les règles de distanciation peuvent être respectées.

Le port du masque sera obligatoire, et si la consigne n’était pas respectée, des sanctions disciplinaires pourraient être appliquées.

Les commandes de masques ont été renouvelées pour disposer d’un stock de 10 semaines pour tous les salariés.

Les protocoles mis en place pour les commerciaux resteront actifs.

L’accord télétravail en vigueur va être renégocié avant la fin de l’année.

3000 environ salariés pratiquent le télétravail à raison d’une journée par semaine et 750 salariés le pratiquent deux jours.
Le nombre de demande pour passer à deux jours a augmenté considérablement.
Sans avenant négocié (donc vraisemblablement pas avant la fin de l’année), aucune dérogation ne sera acceptée, pas de passage à trois jours par exemple ou pas de réduction de la période probatoire d’un an avant de passer à deux jours de télétravail.

16 réponses à Crise sanitaire : retour (presque) à la normale en septembre

  • “Face au coronavirus vous n’êtes pas seul.e.s”… Ce n’est pas le ressenti des conseillers cicas.

  • Bonjour,
    Les masques commandés par la direction sont ils les mêmes que les précédents? car ils sont inutilisables (élastiques qui fait mal car trop dur et trop justes du coup le masque exerce une pression au niveau des pommettes c’est insupportable). De plus, à ce jour certaines personnes ne respectent pas le port du masque dans les parties communes. De quel moyen dispose la direction pour rappeler à l’ordre ces personnes?

  • Envisager un retour “à la normale” alors que tout le monde se prépare une seconde vague… C’est toute la magie de ce Groupe !

    En revanche, ce retour “à la normale” à Vivacity notamment sur le flex vous y avez sérieusement pensé ? C’est impensable ! Un surcroît de population, des problèmes de concentration face au bruit, des directions qui peine à valider le 2ème jour de télétravail, une catastrophe !
    Les personnes sur le flex ne peuvent plus attendre la fin de l’année pour améliorer leur condition de travail.

  • Comment diriger une entreprise autrement qu’à la normale ? Vaste question ! Il n’y aura plus de retour à la « normalité », les hommes et les femmes salariés du groupe ont changé. Le travail à distance est donc possible et plus qu’1 a 2 jours par semaine. Une autre organisation est nécessaire. L’économie de transport favorisera la qualité de vie et préservera la planète.
    Les outils numériques permettent de réussir cette transformation. Nouveau challenge pour un groupe de protection sociale.

  • Bien dommage qu’on ne puisse pas prendre de suite une 2ème journée de télétravail…Eviter le plus possible les transports en commun afin de prendre moins de risque avec le virus me semble essentiel.

  • Bien dommage que l Ag2r ne prévoit pas plus de télétravail comme dans beaucoup d’autres sociétés, a priori tout va bien dans le meilleur des mondes !!!!! Il n’y a que chez nous ou tout va bien

  • Le délai d’un an pour le 2ème jour avait pour sens d’avoir acquis suffisamment d’expérience . Or après avoir passé 4 mois en télétravail 5 jours sur 5 , il me semble que l’on a largement prouvé pour la plupart notre autonomie . Nos employeurs semblent vouloir faire table rase des évènements et pensent pouvoir revenir à la situation antérieure comme par magie . Je crains qu’il ne s’agisse d’un très mauvais calcul , car faire prendre le risque aux salariés franciliens de se contaminer via les transports en commun bondés , n’apportera rien de bon , y compris dans l’intérêt de l’entreprise . Par ailleurs , les dernières recommandations gouvernementales stipulent certes que le télétravail ” ne doit plus être la norme ” , mais en aucun cas ils n’interdisent la prudence qui a encore cours dans d’autres entreprises , notamment en gardant un pourcentage minimal de télétravail .

  • Il semble que la Direction, en incitant à revenir sur site au maximum, même lorsque plusieurs mois de télétravail ont montré que cela ne pénalisait pas l’activité, ne s’inscrive pas dans les préconisations gouvernementales qui disent notamment, ce jour :
    « Le télétravail reste une solution à privilégier.
    Il doit être favorisé autant que possible par les employeurs. »

  • David PARTOUCHE-COLOMAR

    Un retour à la normale, c’est un espoir que nous partageons tous. Qui n’a pas l’espoir de prendre les transports en commun, de parler à ses collègues de travail, à ses clients, à ses amis, à sa famille, de partager des réunions, des repas, des moments de convivialité, normalement et débarrassé de tout risque sanitaire, de risque de contamination, de risque pour sa vie et celle des autres ?
    Malheureusement, la situation actuelle décrite par les médias des pays voisins et du notre laisse tout le monde dubitatif. Si aujourd’hui en période estivale le taux de remplissage des sites et particulièrement des open-space semble dans la majorité des cas permettre une distanciation jugée raisonnable, un retour à la normale en septembre ne le permettra plus.
    Devant le doute légitime d’un retour à la normal, une mesure et une seule pourrait faire l’unanimité auprès des salariés, pouvoir travailler sur des horaires élargis et sans plage fixe, de 6h30 à 20h tout autant que les applicatifs le permettent. Cela pourra permettre à nombreux d’entre eux d’éviter les transports en commun en heure de pointe. Une crainte fondée de s’entasser dans les transports en commun parisiens comme provinciaux. Toutefois le message de la direction générale porté par la direction des ressources humaines ne semble pas avoir été accepté de toutes les directions. Certaines refuseraient l’application de la suppression de l’élargissement des plages horaires bien que les applicatifs le permettent et imposeraient les plages fixes de 9h30 à 11h30 et de 14h à 16h. La direction générale ne serait plus écoutée par certains directeurs qui auraient une appréciation différente afin d’accomplir leur devoir de préserver la santé des salariés.
    Un retour à la normale est demandé pour le télétravail avec une application stricte de l’accord. Mais là aussi, dans certaines directions ont n’écouteraient plus la direction générale en se permettant d’introduire des closes supplémentaires à l’accord télétravail signé par l’ensemble des organisations syndicales. En effet dans certaines directions il serait exigé une surproductivité de 10% aux salariés qui, à l’issue d’une année de télétravail à raison d’un jour fixe par semaine, souhaiteraient passer à deux jours comme le prévoir l’accord.

  • Partout autour de moi j’entends des personnes me dire « dans ma boîte télétravail à fond », il n’y a qu’à lag2r ou ce n’est pas le cas et où ils veulent le retour de tout le monde sur site au 1er septembre !!!! Klesia, irp pour ne citer qu’eux jouent à fond la carte du télétravail, pourquoi pas nous ??????

  • bonjour
    je n ai jamais entendu parlé du critère de productivité de plus de 10 pour cent pour obtenir un 2eme jour de teletravail. vu les 3 mois continues pendant le confinement il serait temps que la direction fasse un effort pour raccourcir le délai de 1 an à 6 mois minimum.

  • Pour les personnes dites “vulnérables” qui soit disant peuvent être maintenues en télétravail, ce n’est pas le discours officiel de la direction après le 31.08.2020.
    Ils prônent un retour sur site à 100% au 01.09 avec les mesures barrières qui sont données par la médecine du travail (ou médecin traitant) et qui eux-même appliquent les consignes gouvernementales des gestes barrières (port du masque jetable toute la journée à changer toutes les 4h à son poste si la distanciation n’est pas possible sachant qu’elle est élargie pour les personnes dites “vulnérables”, gel hydroalcoolique disponible,etc). Le télétravail à 100% pour ces personnes n’est plus favorisé contrairement aux recommandations gouvernementales citées par “Bernardo” dans un autre commentaire.
    Et pourtant l’employeur a de la chance que le télétravail soit mis en place car à défaut, les personnes “vulnérables” peuvent se mettre en arrêt de travail. La majorité du personnel travaillant en open space et/ou prenant les transports en commun, difficile d’avoir des bureaux isolés.

  • Que faut il faire pour que nos syndicats s’activent à défendre les salariés du Groupe sur le site de Vivacity et plus particulièrement le flex ? A quand un audit auprès des collaborateurs sur place ? Comment envisagez-vous un retour à la normal pour ceux qui n’ont pas de bureau isolé, qui changent de bureau tous les jours, pour un espace en surpopulation ? Et pour autant nos managers demandent à revenir à temps plein sur le site ! C’est aberrant !

  • Plusieurs épidémiologistes alertent sur le risque élevé de transmission du virus en open space , et indiquent qu’une partie importante des clusters se forment en entreprise. Dans ces conditions , le retour massif prévu en septembre apparait comme très inquiétant , et surtout stupide du fait de l’existence du télétravail au sein du groupe. N’est-ce pas vôtre rôle de syndicat de préserver la santé des salariés ? Attendez-vous qu’il y ait un drame avant de réagir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Le champ est non obligatoire.
Les commentaires sont publiés après modération.