Domitys: des comptes qui plongent, une situation financière alarmante.

Le 24 mai, en réunion plénière du CSE, la situation de Domitys dont le résultat 2023 accuse un déficit de 161 M€ était à l’ordre du jour. Les raisons de cette dégradation, les impacts pour le groupe et les mesures de redressement ont été débattus.

En mai 2021 AG2R LA MONDIALE devenait actionnaire majoritaire d’Ægide-Domitys (filiale de Nexity), le leader français des résidences services seniors avec 67% du capital, Nexity conservait une participation de 18% et les fondateurs d’Ægide-Domitys, 15%.

Le montant de la transaction s’élèvait à 375 millions d’euros.

Cette acquisition qui avait pour objectif, d’ enrichir l’offre de services du Groupe pour répondre au défi du bien vieillir prévoyait par ailleurs un plan de développement ambitieux avec un rythme d’ouverture d’une vingtaine de nouvelles résidences chaque année, permettant de doubler la taille du Groupe en 2025 et d’atteindre plus de 300 résidences en exploitation à l’horizon 2030.

Fin 2023, le résultat de Domitys s’établit à -161 M€.

Il faut y ajouter une forte dépréciation de la valeur d’acquisition de 157 M€.

Ainsi, la participation du groupe dans Domitys a perdu près de 90% de sa valeur !

Les raisons de cette dégradation.

Le nouveau Directeur général de Domitys est venu le 24 mai détailler avec précision et clarté les raisons devant le CSE de l’UES AG2R.

Il a expliqué le modèle économique de Domitys, basé sur une croissance rapide (25 nouvelles résidences par an), financée par l’endettement.

Or, il a constaté que la croissance a été trop forte (« débridée ») dans le contexte économique actuel. Elle n’a pas été assez sélective et pas totalement financée. En effet, l’endettement de Domitys pour construire ses résidences a été effectué dans un contexte de forte remontée des taux d’emprunt. Le modèle de Domitys implique de vendre les appartements des nouvelles résidences à des investisseurs par le biais de sa filiale Domitys Invest. Or, le retournement du marché immobilier (-50%) a freiné considérablement les investissements immobiliers. Ce seul facteur aurait couté 40 M€ de résultats.

La seconde cause des résultats négatifs se trouve dans des importants foyers de pertes à l’international. Le DG de Domitys a reconnu une erreur d’analyse quand le groupe a voulu appliquer à l’étranger des formules d’hébergement des seniors qui étaient adaptées au marché français. Les 6 résidences étrangères de Domitys sont toutes déficitaires.

En troisième lieu, la direction a pointé une rentabilité de l’exploitation (en croisière) très faible et jamais complètement mesurée. Même pour les résidences qui fonctionnent bien, la rentabilité reste assez basse, avec des marges trop faibles.

Enfin, l’inflation 2022 /2023 a fortement pesé sur les charges et les coûts, avec une hausse qui n’a pas été totalement répercutée sur les factures des résidents.

Quels impacts sur les comptes du groupe AG2R LA MONDALE ?

Ces résultats négatifs impactent les résultats du groupe, particulièrement ceux de La Mondiale

Une opération de re capitalisation de Domitys et d’emprunt auprès de LM va être menée. La perte de 161 Mm€ de Domitys impactera les résultats du groupe et le goodwill de 157 M€ (l’écart entre le prix d’acquisition et la juste valeur de la société acquise) impactera la solvabilité du groupe alors même que cette opération de diversification des risques du groupe devait soulager la solvabilité…

Ainsi, ce sont 6 points de solvabilité qui devraient être perdus .

Les mesures de redressement.

La direction a présenté les grandes lignes du plan de redressement, voté en novembre 2023, qui sera être mis en œuvre dés cette année afin de permettre un retour à la rentabilité à horizon 2027

Les différents chantiers seront :

  • Maintenir un taux élevé de satisfaction des clients.
  • Maintenir un taux élevé d’engagement des collaborateurs.
  • Tirer parti des synergies avec le groupe AG2R LA MONDIALE pour consolider le modèle.
  • Concevoir un modèle de développement vertueux et rentable, pour le futur.

Faut-il sauver le soldat Domitys ?

Lors du précédent CSE, le Directeur général, Bruno Angles avait affirmé que si une erreur avait été commise en achetant au-dessus de sa valeur réelle Domitys, il restait convaincu que cette acquisition n’avait pas été une erreur stratégique, car le secteur du grand âge est porteur, et investir dans ces activités est conforme aux valeurs de notre groupe de protection sociale.

Il avait aussi indiqué que la solidité des résultats de l’ensemble des autres activités du groupe permettait d’absorber les résultats négatifs de Domitys, et qu’un plan de redressement a été mis en place pour faire revenir cette structure dans une situation économique stable.

Mais que diable allait-t-on faire dans cette galère ?

Les élus CFDT sont intervenus pour regretter que les modalités du soutien concret de LM à Domitys ne soient pas mieux détaillées. Ils ont aussi demandé pourquoi les raisons et les conséquences de la surévaluation du prix d’achat de Domitys n’avaient pas été clairement abordées. En conséquence, les élus ont conclu qu’il était difficile de mesurer tous les impacts du redressement de Domitys pour le groupe. Ils ont aussi soulevé la question des effets sur la marge de solvabilité d’AG2R LM et surtout de la réduction de la capacité du groupe à soutenir d’autres structures.

Plus globalement, la CFDT a indiqué que cela posait la question de la politique générale de développement du groupe, notamment comment l’investissement dans Domitys s’alignait avec la raison d’être du groupe.

En effet, Domitys est un acteur capitalistique, alors que son actionnaire majoritaire AG2R LA MONDIALE est un groupe à but non lucratif. Par ailleurs, Le DG de Domitys a reconnu que ses produits ne s’adressaient pas à tous les retraités, mais à une catégorie disposant de revenus suffisants.

La CFDT a rappelé que la valeur cardinale d’AG2R était la solidarité. De fait c’est pour la CFDT une vraie incompatibilité de valeurs. En effet nous sommes dans une situation assez ubuesque avec un groupe de protection sociale qui vient au secours d’une entreprise capitalistique.

La direction a répondu qu’AG2R LA MONDIALE et DOMITYS se rejoignaient dans l’objectif d’amélioration du “bien vieillir”. Argument qui n’a clairement pas convaincu les élus CFDT.

D’autre part, le DG de Domitys a affirmé qu’un chantier était en cours pour définir la raison d’être de Domitys et bâtir la feuille de route RSE. Il a aussi indiqué que si le modèle de DOMITYS n’était pas d’aller vers un modèle proche des EHPAD et que la population visée restait les personnes âgées autonomes, une évolution du modèle était en réflexion, notamment pour apporter des services aux personnes en perte partielle d’autonomie (aide à la toilette, aide aux repas…). Il a aussi évoqué une réflexion en cours pour aller vers des structures d’hébergement destinées à des populations à plus faibles revenus.

Une galère avec à son bord, plus de 4000 salariés rameurs :

Soyons clair : la CFDT ne conteste pas la nécessité d’aider une structure dans laquelle le groupe a investi plusieurs centaines de millions d’euros. Car DOMITYS emploie plus de 4000 salariés dont il faut absolument sauver l’emploi.

D’autre part, investir dans le secteur du “grand âge” a du sens pour un groupe de protection sociale comme AG2R LA MONDIALE, surtout face au défi du vieillissement de la population.

En revanche, la CFDT revendique une clarté sur la stratégie de développement et une parfaite adéquation entre les valeurs d’un groupe de protection sociale et ce développement.

Le groupe choisit-il ses galères ?

La CFDT a pointé une contradiction manifeste dans la politique de soutien du groupe à ses structures.

La CFDT ne conteste pas le soutien massif du groupe à DOMITYS qui emploie presque 4000 personnes.

En revanche, la CFDT ne comprend pas le lâchage complet d’une autre structure, pourtant mutualiste.

En effet, le groupe met en place un plan social pour 45 salariés. Le 3 mai, le CSE d’Optique Mutualiste de Via Santé (OMVS), le réseau optique du groupe, a été informé que l’entreprise envisageait de cesser son activité.

45 personnes se verront privées d’emplois sans que les justifications puissent être débattues, sans que les solutions alternatives aient pu être étudiées et, en dernier recours, sans qu’un accompagnement ait pu être construit au niveau du groupe.

La direction a répondu que ce dossier avait été initié par la direction de VIA SANTE, seule, sans aucun contact avec le groupe. Elle rejoignait la CFDT sur l’entorse grave au principe de “faire groupe” qui doit régir les relations entre les entités. La DRH a aussi affirmé que la priorité du groupe était la défense de l’emploi et qu’elle entendait reprendre la main sur ce dossier.

Reste pour la CFDT que la stratégie du groupe devra être complètement expliquée, notamment sur ces activités relevant du livre 3 de la mutualité, car VIA SANTE possède aussi 2 EHPAD. La prochaine étape sera-t-elle une fermeture de ces établissements ?

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
15 jours il y a

La CFDT se réveille !
Depuis mi 2023 la situation apparait comme anormale, pourquoi avoir attendu mi 2024 pour en faire part aux salariés ?

cfdt-ag2r

GRATUIT
VOIR