S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

L’accord d’intéressement assoupli dans le contexte COVID

La direction propose un avenant à l’accord d’intéressement qui s’appliquerait sur le versement 2021. C’est à la demande de la CFDT, de la CGT et de la CGC que des assouplissements sont envisagés pour pallier les absences dues à la crise sanitaire.

Les modifications de l’accord d’intéressement portent sur la neutralisation des absences dans le cadre de la pandémie Covid-19.

Seraient concernées :

Absences autorisées avec maintien de la rémunération entre le 16 mars 2020 et le 30 juin 2021,

Arrêts dits dérogatoires en application du décret 2020-73 du 31 janvier 2020 modifié. Ces arrêts concernent les assurés qui ont fait l’objet d’une mesure d’isolement, d’éviction ou de maintien à domicile, se sont trouvés dans l’impossibilité de travailler et ont pu bénéficier, au titre de cet arrêt de travail, des indemnités journalières.

En revanche, les arrêts de travail liés directement à la maladie Covid ne seraient pas neutralisés, notamment parce que la direction ne peut déterminer les motifs d’arrêts de travail.

Cela ne concerne que les salariés dont le seuil d’arrêts de travail en 2020 dépasse 16 jours.
En effet, la CFDT avait obtenu que les 16 premiers jours d’arrêt maladie (pour tous motifs) soient neutralisés dans l’accord. Ainsi, si le seuil des 16 jours d’arrêt maladie est dépassé, seuls les jours d’arrêt maladie au-delà du seuil ne sont pas assimilés à du temps de travail effectif. Les 16 premiers jours d’arrêt maladie sont assimilés à du temps de travail effectif.

La CFDT, la CGT et la CGC avaient émis l’idée de neutraliser tous les arrêts de travail de mars à la fin de l’année pour éviter une distorsion entre les salariés malades du COVID plus de 16 jours et ceux en confinement. Mais un problème juridique de discrimination entre les arrêts de travail suivant les périodes n’a pas permis de valider cette proposition.

4.3 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Moi
Moi
1 mois il y a

Pourquoi pas mais une différence avec ceux qui ont bossés tout le temps serait souhaitable je trouve, car pour le coup nous serions les dindons de la farce, que ceux qui sont restés chez eux et vont me tomber dessus en me disant c est pas notre faute on voulait mais on pouvait pas !!!!! ok mais vous avez bien profité quand même non ????

Anonyme
Anonyme
1 mois il y a

Bonjour, j’écoute, je lis, je participe aux AG des organisations syndicales. Il y a des choses intéressantes, d’autres moins. Merci aux OS pour votre dévouement. Le constat reste souvent le même, pour ceux qui sont en 100 % Télétravail depuis une année. Nous entendons aujourd’hui, que si un effet rétroactif ne se faisait pas sur les indemnités de jours TT, ce serait compensé par la prime Macron. Certes c’est très bien. Mais pour quelle raison, les travailleurs qui n’ont jamais arrêtés, auraient la même prime Macron que ceux qui n’étaient pas en TT. Qui sont restés chez eux et qui, aujourd’hui, sont sur site. Conclusion, pour ceux qui sont restés chez eux (sans avoir télétravaillés, et qui aujourd’hui, sont sur site à 100 %) auraient la même compensation financière et seraient récompensés pour quelque chose qui n’ont pas fait ? Croyez bien qu’il y en a. Suis-je le seul à le penser ? Qui sont les dindons de la farce ?

Anonyme
Anonyme
28 jours il y a

Bonjour,

J’ai également travaillé 100% du temps depuis le début de la crise sanitaire. Je suis très contente de cet assouplissement.
La situation est compliquée pour de nombreuses personnes et on pu être impacté par une baisse de revenue au sein de leur famille (ou pire).

Au lieu d’avoir l’impression d’être des dindons, soyez content d’être solidaire avec vos collègues.