Home E-mail

Premier jour de mandat de Bruno Angles comme DG : la nouvelle organisation.

Le 2 mai 2022, Bruno Angles pour son premier jour en tant que Directeur général du groupe AG2R LA MONDIALE a réuni le CSE pour présenter son nouvel organigramme. Synthèse de la réunion.

Dans un constat général, Bruno Angles a pointé ce qui constitue pour lui les quatre principales faiblesses du groupe :

  1. son système d’information trop complexe, peu efficient avec sa multitude de produits informatiques, et le retard pris dans le domaine du digital
  2. la performance économique d’AG2R Prévoyance qui a perdu 75 millions d’euros en 2021
  3. la démotivation d’un nombre grandissant de collaborateurs qui influe sur leur engagement
  4. la baisse de la satisfaction des clients.

Il a affirmé que son action visera à travailler en priorité sur ces quatre points faibles et que l’organisation qu’il veut mettre en place en découle.

La volonté de « casser les silos ».

Sans remettre en cause l’héritage du passé, Bruno Angles part du principe que l’organisation actuelle du groupe est trop cloisonnée.

Donc, si les directions métiers (retraite complémentaire, santé/prévoyance, épargne retraite et patrimoniale et nouveaux métiers/services) gardent une structuration verticale, 4 autres directions agiront en transverse : la Direction des systèmes d’information et digital, la direction des ressources humaines, la direction des investissements finances et risques, ainsi que la nouvelle direction de la distribution omnicanale et relation client.

Selon Bruno Angles, cette nouvelle organisation devrait permettre « de casser les silos en favorisant une organisation croisée entre les métiers et les directions transverses ».

Un secrétariat général élargi à de nouvelles fonctions.

Le secrétariat général sera désormais en charge non seulement des instances, des relations institutionnelles et des affaires publiques, mais aussi de la conformité, des affaires juridiques et fiscales, de la sécurité des systèmes d’information et des fondations.

Ce secrétariat général sera confié à un nouveau venu dans le groupe : François Rubichon, en remplacement de Sophie de Saint Etienne.

Un nouveau poste ESS et RSE.

Un nouveau poste a été créé : celui de délégué général à l’économie sociale et solidaire (ESS), à la responsabilité sociale des entreprises (RSE), aux branches professionnelles, aux pôles et à l’animation des territoires. Ce poste a été confié à Philippe Da Costa, jusqu’ici en charge des affaires publiques, de l’engagement sociétal et des nouveaux métiers du groupe.

Une nouvelle fonction relative aux opérations, à la performance et à la transformation.

Jean-Marc Robinet conserve ses fonctions de directeur général adjoint en charge de la retraite complémentaire, des moyens généraux et de l’immobilier d’exploitation, mais se voit également confier au sein du CDG les opérations, la performance et la transformation.

Une nouvelle direction commerciale omnicanale et relation clients

Isabelle Hébert aura la charge d’une direction nouvellement créée, celle de la distribution omnicanale et de la relation client. Cette direction opérera de façon transversale avec tous les marchés et métiers du groupe.

En revanche, la direction des accords de branche est détachée des autres activités commerciales pour être rattachée directement à la direction santé prévoyance de Philippe Dabat. Elle sera sous la responsabilité de Pascale Soyeux, directrice santé prévoyance du groupe de protection sociale depuis le 1er avril dernier. Pascale Soyeux sera donc également à compter du 1er juillet prochain, directrice des accords de branche, en succession de David Giovannuzzi. 

L’objectif selon Bruno Angles serait d’améliorer l’efficacité de cette direction en la rapprochant des activités de gestion. Il serait aussi question de casser ce que certains considéraient comme un état dans l’état.

Une directrice de cabinet à plusieurs casquettes

Béatrice Willems, sera la directrice du cabinet du directeur général, mais également directrice de la communication et également responsable de la direction des nouveaux métiers et services.

Une nouvelle structure parallèle est créée.

Bruno Angles a voulu créer un comité exécutif « jeunes », qui aura pour nom « comme1comex », dont le rôle sera de servir « d’aiguillon » pour le CDG et « d’enrichir l’intelligence collective » sur des sujets qui concernent l’ensemble du groupe.

Il sera composé exclusivement 16 collaborateurs de moins de 40 ans, pas forcément managers mais spécialistes dans leur domaine, à parité entre les hommes et les femmes. Leur mission ne durera pas plus de 12 mois, et ils seront remplacés à l’issu de ce délai.

Les nouveaux arrivés dans l’organigramme.

Le nouveau comité de direction groupe composé de 10 membres voit arriver deux nouvelles recrues. 

ll s’agit, tout d’abord de François Rubichon. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications, il a occupé durant sa carrière différentes fonctions dans des cabinets ministériels. Il a notamment été conseiller social du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, mais aussi directeur général délégué d’Aéroports de Paris (ADP). « C’est quelqu’un qui a une très grande expérience, à la fois en termes de relations avec les partenaires sociaux, de gouvernance et de management » a précisé Bruno Angles.

Arrivée également du remplaçant de Corinne Dajon comme directeur de la direction des systèmes d’information et digital : Pascal Martinez. Il s’agirait selon Bruno Angles du « meilleur DSI de la place de Paris ». Ce dernier était Directeur technologie et systèmes d’information du groupe Covéa depuis 2017.

Remarquons au passage que le digital et les systèmes informatiques sont désormais réunis dans la même direction et que l’Organisation a disparu des fonctions rattachées à cette direction.

Enfin, une nouvelle responsable en charge de la conformité, Elsa Luyton, arrivera fin août 2022.

Première analyse de la CFDT.

A chaud et sans vouloir être exhaustif dans l’analyse, la CFDT peut formuler d’ores et déjà quelques remarques.

Il n’a pas été fait mention précisément dans la présentation de Bruno Angles de la spécificité régionale du groupe AG2R LA MONDIALE. On ne sait pas en quoi la nouvelle organisation nationale va améliorer celle en régions et comment va progresser la nécessaire synergie entre la gestion et le commercial.

Le principe auquel tenait particulièrement Bruno Angles, la simplification de l’organisation, ne se traduit pas visiblement dans le nouvel organigramme. Il n’a pas évoqué non plus les structures que sont le COMADIR et le COMOP.

Enfin, dans sa présentation, Bruno Angles a évoqué la notion de « saut quantique » pour qualifier ce que n’est pas sa nouvelle organisation, c’est-à-dire un changement instantané. 

Sans entrer dans le domaine de la physique quantique, notons selon ces théories l’observateur peut influer sur les résultats observés. Nous ne sommes pas certains que la vision qu’auront les salariés du groupe de ce nouvel organigramme révolutionnera leur adhésion à la vision qu’a de l’entreprise la Direction Générale.

Plus qu’un organigramme sur le papier, ce sont les actes qui pourront infirmer ou confirmer que le groupe prend la bonne direction.

Le nouvel organigramme

Digression sur les NAO.

Bien que le sujet des NAO ne fût pas à l’ordre du jour, les élus CSE ont profité de la rencontre avec le nouveau Directeur général pour l’interroger sur la suite qu’il comptait donner aux revendications salariales de l’intersyndicale.

Bruno Angles a estimé que, compte tenu de l’inflation, les revendications des salariés étaient légitimes. En revanche, il a regretté ne pas pouvoir disposer de davantage de moyens pour les satisfaire. Il a expliqué que la situation économique d’AG2R Prévoyance notamment, avec ses 75 millions d’euros de résultats négatifs en 2021, ne permettait pas d’augmenter le budget des frais de personnel. Il a affirmé que sa priorité était avant tout la pérennité du groupe, et par conséquence, la défense de l’emploi de ses collaborateurs.

La CFDT a défendu la vision « groupe » de la situation économique avec les bons résultats de La Mondiale et les excellents résultats de l’activité retraite complémentaire. N’oublions pas que le chiffre d’affaires du groupe a augmenté en 2021 de plus de 20% et que les résultats ont atteint 375 m€ avec une marge de solvabilité de 218%.

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
dartagnan
dartagnan
1 mois il y a

On comprend très bien qu’il faille “sauver le soldat AG2RP”. Le groupe est également composé d’autres entités et activités qu’il ne faudrait pas oublier, au risque d’oublier le personnel qui va avec, comme la retraite complémentaire, la 2ème jambe après le concurrentiel. Bruno ANGLES est adepte de l’esprit “appartenance au groupe”; tant mieux. Ce serait bien qu’il démarre bien son mandat avec ce fil rouge. Corporate, c’est dans les 2 sens.

patrick
patrick
1 mois il y a

C’est bien la marge du groupe à 218% mais la marge de solva d’ag2r seul permet-elle d’avoir justement une marge de négo pour les augmentations collectives ?
Il faut être transparent !

inconnu
inconnu
1 mois il y a

Notre nouveau DG dit que nous avons du temps et de l’argent. Mais également que ce dernier a, pendant des années, mal été alloué. Qui en a profité ? qui s’est rempli les poches des années durant sans que les salariés ne touchent 1 centime ? Ne portons pas la responsabilité collective de quelqu uns qui aujourd’hui vont partir vers des retraites heureuses et grasses !

Boris
Boris
1 mois il y a

Avec tous les départs non remplacés que l’on voit autour de nous, on peut s’étonner qu’il n’y ait pas une marge de manœuvre pour augmenter de manière décente les salariés qui restent fidèles au groupe. L’hémorragie risque de continuer, mais c’est peut-être le but recherché.

cfdt-ag2r

GRATUIT
VOIR