S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Qui suis-je ?

Le groupe AG2R LA MONDIALE a décidé de définir sa raison d’être. Après une pseudo consultation auprès de ses salariés et de ses administrateurs, quelques phrases ont été gravées dans le marbre. La CFDT se demande si dans cet exercice le groupe n’a pas perdu son âme.

S’interroger sur la raison d’être, c’est aussi poser la question de la naissance.

Rappelons qu’AG2R est né en 1951 de la volonté de syndicalistes et d’employeurs d’améliorer la retraite de base de la sécurité sociale. Ils ont donc créé un régime non lucratif, qu’ils ont décidé de faire gérer par les fondateurs : des représentant des salariés et des entreprises.

Dans la foulée, en 1976, ils ont décidé d’améliorer la couverture sociale santé et prévoyance des salariés en créant une institution de prévoyance AG2R.

Rappelons les propos de Gaby Bonnand, responsable national CFDT, lors de la création du groupe AG2R LA MONDIALE :

Il faut se rappeler que le paritarisme n’est pas qu’un mode de gouvernance, c’est d’abord un mode d’approche de l’assurance de personnes qui a un sens : celui de permettre un égal accès de tous à des garanties de prévoyance, de santé, d’épargne dans des conditions de sécurité, de rapport qualité/prix qui soient les meilleurs possibles. Les principes de mutualisation, de non-sélection du risque sont donc les fondements de l’assurance telle que doit la concevoir le paritarisme.

Ces valeurs de missions à but non lucratif, de mutualisation et de non-sélection des risques font partie de l’ADN du groupe AG2R LA MONDIALE.

Or, qu’elle est la définition arrêtée pour le groupe :

Par nos expertises et nos conseils, nous sommes là pour permettre à chacun de mieux protéger sa vie et ses proches. Nous conjuguons responsabilités individuelles avec solidarités professionnelles et intergénérationnelles. Ainsi nous contribuons à renforcer le vivre ensemble.

Nous ne sommes donc que des experts et des conseillers. Où se trouvent les notions de but non lucratif et de solidarité ?

Comparons avec la raison d’être d’AXA, assureur capitalistique par excellence :

En tant que l’un des plus grands assureurs au monde, notre raison d’être est d’agir pour le progrès humain en protégeant ce qui compte. La protection a toujours été au cœur de nos activités, en aidant les individus, les entreprises et les sociétés à prospérer. Et AXA a toujours été un leader, un innovateur, une société entrepreneuriale, favorisant le progrès dans toutes ses dimensions. Notre raison d’être renvoie aussi aux racines mêmes du Groupe. Depuis ses débuts, AXA s’est engagé pour le bien collectif.

Au-delà des discours, où se trouve la différence entre AG2R LA MONDIALE et AXA ?

La différenciation se trouve justement dans leur nature, et donc dans leur raison d’être. 

Alors qu’AXA rémunère des actionnaires et recherche le profit, AG2R LA MONDIALE ne fait aucun bénéfice et n’existe que pour améliorer la protection sociale des salariés.

AG2R LA MONDIALE fait partie de l’économie sociale et solidaire, une économie qui affirme que la santé, la prévoyance, la retraite ne sont pas des marchandises. Alors pourquoi ne pas revendiquer cette appartenance ?

La direction AG2R LA MONDIALE aurait-elle perdu ses repères essentiels ?

4.7 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Lautrec
Lautrec
16 jours il y a

Et Donc, que voulez vous démontrer ?
vos prévisions sur la paume abyssalle dans votre article précédent et les conséquences sur l’emploi, réduction des frais courants (loyer, co-working) et cette rumeur de plus en plus persistante concernant une séparation des activités de La Mondiale ET de Ag2R.

Une idée de la pérrenité de nos activités, de la capacité de Ag2R à garder tous ses salariés quand le montant des pertes devient abyssal ?

Enfin, le retour au bureau avec 2j de télétravail c’est prévu Avant noël ou Après noël .

Anonyme
Anonyme
16 jours il y a

Je partage complètement votre avis. Nous vivons une crise de société dans laquelle l’économie sociale a de l’avenir.