Retard probable dans le versement de la PPV

Lors du CSE du 23 mai, les élus CFDT ont demandé confirmation à la direction du versement de la prime exceptionnelle PPV en juillet. Un retard est à prévoir …

Rappelons que les NAO 2024 ont prévu, en plus des augmentations collectives, une prime exceptionnelle dite PPV d’un montant de 650 €.

Cette prime dite de Prime de Partage de la Valeur sera, pour notre UES, exonérée de cotisations sociales (mais assujettie à la CSG/RDS et au forfait social) et imposable, sauf si le salarié choisit de la placer sur un Plan d’Épargne Salariale.

Mais pour que cette option puisse être mise en œuvre, il est indispensable que le gouvernement publie un décret. C’est pourquoi lors des NAO, la direction avait indiqué que sans décret, le versement ne pourrait avoir lieu qu’en juillet. La parution était prévue en avril ou mai.

Or, fin mai, le décret n’est toujours pas publié.

La direction a donc informé le CSE que la date de juillet ne pourrait pas être tenue, compte tenu du retard imputable au gouvernement d’une part, et compte tenu des délais de mise en œuvre technique de NATIXIS le gestionnaire du PEE d’autre part.

Au mieux, la date de versement pourrait être fin août, sans certitude.

Cette nouvelle risque d’avoir l’effet d’une douche froide pour les salariés qui comptaient sur ce versement pour financer une partie de leurs vacances.


C’est pourquoi la CFDT a demandé la possibilité d’un versement anticipé pour les salariés qui choisiraient le versement direct, et de ne différer le versement que pour les salariés qui choisiraient le versement sur le PEE.
La DRH étudiera la possibilité, car elle partage l’inquiétude de la CFDT sur le budget vacances des salariés. Cependant, elle ne peut pas affirmer que l’opération sera techniquement possible.

En revanche, la DRH n’exclue pas la solution radicale de verser la PPV en juillet sans possibilité de transfert direct sur le PEE (le salarié aura toujours la possibilité de faire un versement volontaire après avoir perçu le prime). Gros inconvénient de cette solution : la prime deviendrait imposable.

S’abonner
Notifier de
guest

16 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Noula
Noula
19 jours il y a

Je ne comprends pas le “imposable” le plus de cette prime n’est pas justement d’être non imposable ?

ano
ano
17 jours il y a

Bonjour, j’en profite pour vous demander de quelle façon nous pourrions peser pour exiger plus de transparence de la part de Natixis sur leurs fonds estampillés ISR et qui selon Reclaim France notamment comportent des investissements dans des energies fossiles tout comme ceux gérés par Amundi. D’autres gestionnaires tels ECOFI proposent des fonds non exposés labellisés GREENFIN. Merci

Béatrice Cormon
Béatrice Cormon
16 jours il y a

Ou en est l’augmentation de branche ?

Anonyme
Anonyme
14 jours il y a

Je ne vois pas en quoi c’est une mauvaise nouvelle ? Au contraire, nous allons pouvoir éviter l’imposition sur cette somme. Vous préfériez la percevoir 1 mois avant et payer des impôts dessus ? C’est ridicule.

Anonyme
Anonyme
Réponse à  cfdt ag2r
14 jours il y a

Oui la direction pourrait aussi demander aux salariés s’ils ne veulent pas cette somme à Noël ou la convertir en haricots magiques.
Pour le premier scénario, si vous n’avez pas 650€ d’avance pour partir en vacances, peut être ne faut il pas partir, ou pour une destination conforme à votre budget.
Pour le second scénario, pourquoi parler de “mauvaise nouvelle” puisqu’il n’est de toute façon pas retenu, la direction dans sa grande malveillance ayant déjà choisi de repousser le versement de cette prime facultative afin de permettre aux salariés de s’exonérer d’impôts.

Anonyme
Anonyme
Réponse à  Anonyme
12 jours il y a

Quelle condescendance pour tous ceux qui attendent cette prime avec impatience au vu des difficultés économiques dû à la baisse du pouvoir d’achat que nous connaissons (presque) tous, afin de pouvoir profiter de vacances bien mérité.

Anonyme
Anonyme
Réponse à  Anonyme
5 jours il y a

Vous répétez des mantras vide de sens, 75% de l’effectif touche plus de 35k brut annuel, avec les tickets restau et le CSE, c’est du 2k3 net mensuel pour un temps plein. Si vous avez des problèmes de pouvoir d’achat, il faut peut être couper Netflix, l’Iphone tous les 2 ans, et le crédit auto pour montrer au voisin que nous aussi on a des sous.

Sylvain Pichard
Sylvain Pichard
14 jours il y a

Je rebondi sur le message de « ano ». Les fonds proposés dans notre PEE sont globalement mauvais. Bourrés de frais, avec des résultats médiocres bien en dessous de leur indice de référence. Ils font perdre beaucoup de performance et donc d’argent à l’ensemble des salariés du groupe.
Aujourd’hui il est démontré que l’investissement dans des fonds gérés activement n’est pas une bonne solution, et qu’il vaut mieux investir dans des trackers : https://avenuedesinvestisseurs.fr/comprendre-investir-bourse/trackers-performance-investir-bourse-pea-indiciel/   
Est-ce qu’il serait possible d’avoir accès à des trackers dans notre PEE ? Les élus qui siègent au conseil de surveillance du PEE, peuvent-ils proposer ça ?
Tout le monde y gagnerait. Sauf Natixis, qui prélèverait moins de frais de gestion, mais c’est à négocier.  

CHRISTOPHE COTTEREAU
Réponse à  Sylvain Pichard
9 jours il y a

En fait il n’existe pas à proprement parler de “conseil de surveillance du PEE “.

Seul le FCPE AG2R devenu ISR dispose d’un conseil de surveillance dédié. Il est composé de 6 salariés désignés par le CSE représentant les salariés et ex salariés porteurs de parts et de 2 membres représentant l’employeur.

Les frais du FCPE font l’objet d’une grande attention et ont été renégociés par les membres du conseil à plusieurs reprises. La performance du fonds reste, c’est certain, un vrai sujet…

Qquand aux trackers me semble-t-il, ils ne sont pas eligibles aux PEE

Anonyme
Anonyme
Réponse à  CHRISTOPHE COTTEREAU
1 jour il y a

Merci pour votre réponse. Les trackers sont bien éligibles aux PEE/PERCOL, mais les gestionnaires n’en proposent pas souvent car ils sont peu rentables pour eux : faibles frais (autour de 0,20 % par an) donc faibles rétrocommissions… ils préfèrent inclure des fonds classiques avec de lourds frais autour de 2 % par an donc 10 fois plus rentables pour eux. Les intérêts ne sont pas alignés avec ceux des épargnants et c’est bien dommage. Mais cela se négocie. Nous pourrions par exemple ajouter un tracker en plus des fonds médiocres déjà existants.
A noter que la même problématique se pose pour notre retraite supplémentaire PERO (ex art 83). Et cela nous fait perdre énormément d’argent vu que ce placement est sur 20 ou 30 ans. Imaginez 2% de frais x30 !

ppvag2r
ppvag2r
2 jours il y a

Quel est l’impact des nouvelles élections législatives sur le décret ?

cfdt-ag2r

GRATUIT
VOIR