S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Retraite de l’âge pivot : une victoire pour toutes et tous !

Le Premier ministre a annoncé ce samedi 11 janvier le retrait de l’âge
pivot du projet de loi de la réforme des retraites
, sous la pression
de la CFDT. C’est une victoire pour toutes celles et ceux qui auraient été
amenés à travailler plus longtemps dès 2022 !

tract_cfdt_-_retrait_de_lage_pivot_une_victoire_pour_toutes_et_tous_

4 réponses à Retraite de l’âge pivot : une victoire pour toutes et tous !

  • Si ça c’est une grande victoire, il faudra m’expliquer ce qu’est une défaite !

    En général, on appelle victoire le résultat d’une bataille, d’un combat… mais Berger n’a pas appelé une seule fois à la grève !

  • Effectivement, c’est une victoire… pour certains seulement et pas pour tous comme vous l’écrivez : grâce à la CFDT, ceux qui ont fait des études vont devoir travailler plus longtemps s’ils restent sur l’ancien système (âge à taux plein à 67 ans avec 43 ans de cotisations impossibles à atteindre avant 65 ou 66 ans, contre 64 ans pour le taux plein avec l’âge pivot), et ceux qui basculent dans le nouveau système vont avoir une pension moindre puisque ce nouveau système va prendre en compte les salaires de toute leur carrière au lieu des 25 meilleures années.
    C’était bien de prendre en compte les carrières longues, et c’était nécessaire, mais pas pour pénaliser une autre partie des futurs retraités.

  • En réponse à TOTO :
    Sans vouloir opposer les catégories socio professionnelles, On peut constater que l’espérance de durée de retraite (liée à l’espérance de vie calculée à 55 ans) pour un ouvrier est de 25,6 ans, celles d’un employé de 26,7 ans, celle d’un cadre de 28,5 ans. De plus, force est de constater que les pensions de retraite sont plus importantes pour les catégories cadres que pour les catégories ouvrières.
    Or, ceux qui ont commencé à travailler tôt n’ont généralement pas fait d’études et ont un parcours professionnel qui les a conduit plutôt vers des emplois ouvriers ou employés. Reculer l’âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans, c’est donc les pénaliser à la fois par rapport à leur durée de cotisations et par rapport à leur espérance de durée de retraite.

  • En réponse à Laurent :
    Un premier élément de réponse : ce n’est pas Laurent Berger qui à la CFDT décide, seul, s’il faut appeler ou non à la grève. Ce sont les instances CFDT, donc les syndicats, donc les adhérents qui le décident.
    Second élément de réponse : une bataille syndicale ne peut se résumer à la grève. Les négociateurs syndicaux dans les entreprises le savent : la grève est un moyen ultime pour se faire entendre, quand tous les autres moyens, tous ceux liés à la négociation, ont échoué.
    Troisième élément de réponse : on fait grève sur un mode d’ordre de grève. Or la CFDT ne demandait pas le retrait du projet, comme la CGT ou FO. La CFDT demande depuis 2010 un autre système de retraite. La CFDT demande à négocier un système de retraite universel plus juste, qui n’est pas celui présenté par le gouvernement, qui comporte des éléments paramétriques de financement basé sur le recul de l’âge de la retraite.
    Pour autant, la CFDT ne veut pas rester dans le système actuel avec ses injustices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.