S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Réunion CSSCT : quand une réunion de concertation se transforme en décisions unilatérales.

Le 26 août la commission Santé Sécurité et Conditions de Travail du CSE a été réunie. A l’ordre du jour : point sur la situation épidémique et ajustements éventuels des retours sur site. Point sur le déploiement de l’avenant télétravail. La direction a refusé d’adapter son protocole sanitaire.

Retour sur site dans des conditions « normales »

La direction maintient sa décision de reprise d’activité à partir du 30 août, avec une application stricte de l’accord télétravail. Donc deux jours de télétravail par semaine maximum.

Selon la direction la situation épidémique en métropole ne justifie pas de remettre en cause le retour sur site.

Les membres de la CSSCT ne partagent pas cette analyse. Tout montre qu’une quatrième vague est possible, aussi l’application d’un principe de précaution et le report du retour sur site est pour ces organisations syndicales nécessaire.

La direction dit ne pas vouloir tirer de conclusions sur la progression de l’épidémie. Elle dit se cantonner aux dispositions minimales gouvernementales qui ne préconisent plus le télétravail total.

La CFDT conteste l’interprétation de la direction. Le gouvernement ne préconise pas le retour sur site dans les mêmes conditions qu’avant la pandémie. En effet, le protocole sanitaire du gouvernement indique clairement « le télétravail est un mode d’organisation de l’entreprise qui participe à la démarche de prévention du risque d’infection au SARS Cov2 et permet de limiter les interactions sociales aux abords des lieux de travail et sur les trajets domicile travail. Aussi le télétravail peut être considéré comme une des mesures les plus efficaces pour prévenir le risque d’infection ».

On peut donc considérer que le retour sur les sites AG2R relèvent d’une décision de la direction, qui ne peut pas se cacher derrière des consignes du gouvernement.

C’est pourquoi la CFDT, la CGT et FO ont demandé avec fermeté, un report de la reprise totale d’activité sur site. Demande rejetée par la direction.

L’argument de la direction du maintien des liens au sein du collectif de travail et de la prévention des risques liés à l’isolement des salariés en télétravail peut s’entendre. Cependant, entre le télétravail total et le retour dans une activité normale existe un juste milieu qui, pour la CFDT, n’a pas été recherché.

D’autant que certaines fonctions dans le groupe sont exclues du télétravail, comme les commerciaux du marché des particuliers et de ce fait, ne bénéficieront pas de la mesure de prévention. La CFDT a donc exigé que tous les collaborateurs du groupe puissent au moins bénéficier du télétravail. La DRH a refusé en se retranchant derrière les décisions des directions métiers.

Tous masqués.

Le port du masque sera obligatoire sur les sites, que les salariés soient détenteurs ou non du Pass Sanitaire.
Une fourniture de 6 masques lavables sera assurée par l’entreprise.

Les sites seront équipés de distributeur de gel hydro alcoolique.

Malgré les constats de nombreux élus, la direction confirme que les nettoyages des bureaux se font dans les règles.

Restauration collective : pas de souplesse.

Concernant les RIE, des jauges seront établies.

Une consigne de 6 convives par table sera applicable.

La CFDT a demandé, pour limiter l’affluence dans les RIE, que le choix de l’option « titres restaurant » soit proposée à tous les salariés, même ceux pouvant disposer d’un RIE. 

La direction a refusé catégoriquement cette possibilité.

Cas contact.

La direction n’a pas encore décidé de sa position sur ces situations.

Personnes vulnérables

La direction n’a pas encore statué sur le sujet.

Quarantaine imposée aux salariés qui reviennent de pays en zone rouge.

Le salarié devra prendre des congés pour se mettre en quarantaine. La direction exclut l’utilisation du télétravail.

Accès au site : plus de jauge

La déclaration dans PARC est supprimée le 30 août. Donc, il n’y aura plus de jauges applicables sur les sites.

Les open space de plus de 50 personnes ne feront pas l’objet de dispositions spécifiques.

Déplacements : attention aux sanctions.

Les déplacements entre régions sont de nouveaux autorisés, mais la pertinence des déplacements sera étudiée vis-à-vis de la valeur ajoutée par rapport aux réunions en distanciel.

Pour les déplacements obligatoires, comme la présence aux formations, le salarié devra impérativement fournir un Pass sanitaire s’il est nécessaire pour se rendre sur le lieu du déplacement. La direction ne ferme pas la porte aux sanctions si un salarié se retranche derrière la non-fourniture du Pass sanitaire pour ne pas se déplacer.

Réunions : pas à plus de 50.

Les réunions en présentiel sont de nouveau autorisées.

Mais les séminaires ne pourront pas réunir plus de 50 participants.

De même aucune réunion du personnel de plus de 50 personnes sera autorisée.

Un accord préalable de la DRH sera nécessaire pour tout séminaire.

Équipes commerciales

Les agences ne seront ouvertes que sur rendez-vous.

Rentrée scolaire : des adaptations bienvenues.

Pour les salarié dont les enfants seront exclus de l’école pendant 7 jours dès le premier cas déclaré positif pourront, sur présentation d’un justificatif de l’école, télétravailler pour la période. A défaut, le salarié devra prendre des congés.

Une autorisation d’absence de 2 heures sera possible pour les parents qui font vacciner leurs enfants.

Concernant les territoires ultra marins.

Pour la Martinique et la Guadeloupe, la décision de 5 jours de télétravail par semaine, de façon temporaire, a été prise.

Test de dépistage : pas dans l’entreprise

La direction ne prévoit pas la mise en place de test dans l’entreprise (possibilité ouverte par le protocole gouvernemental) et ne prendra pas en charge financièrement les tests individuels.

Horaires : pas d’adaptation.

La CFDT a demandé que, pour éviter l’affluence dans les transports en commun, les plages fixes horaires soient abandonnées ou adaptées. Refus de la direction qui juge que les horaires variables suffisent à répondre à la problématique.

Application de l’accord télétravail

L’application NEO CASE va être mise à jour courant septembre afin que les demandes de télétravail puissent être faites dans le cadre de l’avenant.

La CFDT a demandé que les demandes de second jour de télétravail, bloquées par certains responsables du fait de la pandémie, puissent être satisfaites rapidement. La direction a indiqué qu’elle faisait un rappel aux directions concernées.

Comme indiqué plus haut, la demande de la CFDT de faire bénéficier tous les collaborateurs du télétravail, notamment les fonctions exclues comme les conseilleurs du marché des particuliers, n’a pas été satisfaite, la DRH se cachant derrière la volonté des directions métiers.

4.4 9 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
15 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
24 jours il y a

Honteux honteux, mais j’ai envie de dire normal vue que les décisions sont prises par des personnes qui ne badge pas et ou sont dans des bureaux individuel- Malakoff Médéric qui ne retourne que deux jours sur site jusqu’à fin septembre au vue de la situation sanitaire- vu qu’apparemment reprise à la normal à quand une grève NORMAL. La santé du personnel n’a que peut d’importance- merci la covid parti à compter du 31/08

Anonyme
Anonyme
24 jours il y a

Autant que je sache, tout le monde bénéficie de la carte tickets restaurants qu’on bénéficie ou pas d’une RIE. Les repas pris au RIE sont déduits du nombre de jours ouvrés le mois suivant.

Last edited 24 jours il y a by Anonyme
Anonyme
Anonyme
Réponse à  Anonyme
18 jours il y a

FAUX : renseignez vous avant de faire ce genre de déclaration…

Anonyme
Anonyme
Réponse à  cfdt ag2r
21 jours il y a

Merci pour votre explication. C’est très clair.

Anonyme
Anonyme
24 jours il y a

Les paroles sont pas suivi de faits malheureusement trop de personnes reviennent sur site et ne respecte pas les procédures suivies de certains responsables qui ne font pas respecter ces procédures non plus

Parisienne
Parisienne
24 jours il y a

Quel est l’interêt pour une entreprise de faire perdre du temps dans les transports en commun à ses salariés tout en acceptant de leur faire prendre un risque sanitaire qui pourrait être lourd de conséquences ? Les économies de temps et d’argent ne sont ils pas importants pour une entreprise ? 1 an et demi d’adaptation … 1 an et demi de nouveaux repères … 1 an et demi de prise de conscience qu’il est possible de faire autrement et peut être mieux ; tout cela balayé pour un retour à la « normale »… mais étions nous dans la normale ?

Jacques Haddih
Jacques Haddih
24 jours il y a

Des dirigeants qui en ont plein la bouche de mots tels que :
« avenir, solidarité, prévention, santé » mais qui ne se préoccupent guère de la santé de ses salariés.
AG2R ne manque pas d’air en les obligeant à reprendre les transports pour retrouver leurs collègues à la machine à café pour refaire le monde … mais quel monde? Le monde d’avant, non merci.

AQuandLaGrève
AQuandLaGrève
24 jours il y a

Faudrait que les syndicats se réveillent. C’est TOUTES les réunions qui se réduisent à une communication de décisions unilatérales (Mutuelle, NAO, Intéressement, protocole sanitaire, retour sur site…, la liste est longue).

Pour info aussi, vous dites qu’une 4ème est possible…euh…. ça fait déjà un bon moment qu’elle est là la 4ème vague.

Pour les masques sur les plateaux ou les bureaux, il suffit d’avoir des responsables qui ne le portent pas pour qu’en général le petit personnel ne se fasse pas réprimander en ne le portant pas non plus. 😀

Ensuite, il est bon de rappeler que le protocole sanitaire du Groupe stipule que PARC doit être utilisé jusqu’au 31 août et que le l’accord TLT s’applique à nouveau à partir du 1er septembre.

Et…. Pouf, un coup de baguette magique de l’extraordinaire Renaudini et on nous pond un “accompagnement de retour sur site” et l’accord ne s’applique plus au 1er septembre mais au 30 août. Trop fort !!!
Personne ne réagit ???!! Quel document fait foi : le protocole ou doc d’accompagnement à la reprise progressive sur site ??

Dans ce même document, noyé au milieu des questions / réponses (point 4.4), on découvre “qu’une réflexion est engagée pour envisager le passage en flex office de nos sites”.
Réaction : aucune.
Comme je l’ai déjà dit, on va avoir droit à du chantage “3ème TLT (ou qq miettes de 3ème jour tel que 15 jours à placer dans l’année) en échange vous signez le flex office” dans le cadre de la “négociation” du prochain accord TLT.
Négo qui bien entendu se réduira à : voilà ce qu’on veut, c’est çà ou rien, alors signez en bas et au revoir.

Encore-à-contre-temps
Encore-à-contre-temps
24 jours il y a

Le mieux aurait sans doute été d’attendre les réunions avec le Ministère du Travail, prévues ces jours-ci, mais la Direction semble aimer être à contre-temps et changer ses décisions à la dernière minute.
Dans un article du Parisien du 23/08, l’association des DRH anticipe qu’un retour à la normale est, sauf surprise, à exclure pour début septembre.
On n’en est plus à une contradiction près.

Anonyme
Anonyme
23 jours il y a

Sans surprise, on ne peut constater que , comme c’est le cas depuis le début de la pandémie, la sécurité sanitaire des salariés est le cadet des soucis de nos dirigeants. Fait nouveau toutefois, même le port du masque pourtant obligatoire dans les open space n’est plus respecté, y compris par certains managers voire responsables de service , qui ne montrent pas l’exemple et se couvrent par des mails , tout en fermant les yeux sur le comportement des salariés. Peut être faudrait il rappeler que la vaccination n’empêche pas la transmission du virus . Personnellement je ne me sens pas en sécurité pour cette rentrée, et il est évidemment très compliqué, au risque de passer pour un délateur , de dire quoi que ce soit . Par ailleurs, je ne comprends pas le refus d’aménagement des horaires en région parisienne, quand on connaît l’affluence dans les transports en commun . A croire que notre direction cherche à faire remonter en flèche l’épidémie ? Même si je n’ignore pas les difficultés face à une direction sourde, on aimerait que nos syndicats commencent sérieusement à faire bouger les choses autrement que par des pétitions, qui doivent bien faire sourire nos dirigeants bien planqués dans leur bureau individuel.

Anonyme
Anonyme
Réponse à  Anonyme
20 jours il y a

Je confirme sur mon plateau des personnes ne porte pas le masque manager compris – cela crée des conflits qui forcément si le manager ne porte pas de masques la personne qui le porte part perdante- a quand des contrôles ? A ce que je sache vacciné ou pas il faut respecter les gestes barrière-

Plutotbien
Plutotbien
21 jours il y a

Je trouve que la reprise en mode normal est plutôt logique à ce jour.
Je ne comprend pas le combat des organisations syndicales sur ce coup là.
2 jours de télétravail (covid ou non)
Concentrer vous sur les vrais sujets … Manque de considération et d’evolution des salariés.

dartagnan
dartagnan
Réponse à  Plutotbien
19 jours il y a

l’ensemble des OS souhaitaient que la reprise se passe davantage en douceur avec 1 à 2 semaines de délai supplémentaire afin de reprendre les marques: retour de vacances, rentrée scolaire, … Les membres de la CSSCT n’ont pas compris pourquoi la Direction voulait imposer un retour 3 jours après la réunion alors que d’autres questions sont encore en attente de précision (personnes vulnérables, cas contact, quarantaine pour les retours de zone rouge,…). La DG a attendu 18 mois un retour à la normale, elle pouvant attendre une ou 2 semaine de plus pour un retour dans les meilleures conditions… la crainte d’une une crise d’autorité par les décrocheurs (qui l’étaient certainement avant) et les personnes qui ne veulent pas venir pour revoir la tronche de leur collègues ou N+1 “préférés” ?

Vacances
Vacances
20 jours il y a

Bonjour,
Lorsqu’il est indiqué : “Quarantaine imposée aux salariés qui reviennent de pays en zone rouge”.. cela veut dire qu’il faille communiquer à notre DRH ou Direction, le lieu de destination de nos prochaines vacances ?Ce n’est pas un peu “étrange” ?
Après, il y a les honnêtes et ceux qui ne le sont pas ?
Lorsque vous avez réservé un voyage depuis des mois, et que d’un coup, il passe en zone rouge, la veille de votre départ, on fait comment ?
Si l’on est vacciné et que l’on prend les mesures nécessaires, où est le problème ?
Si, pour la Direction, cela pose un véritable problème, c’est parfaitement contraire à leur logique d’envoyer tout le monde sur site à la normal et de laisser un RIE ouvert à toutes et tous, sans une réelle distanciation.
Bizarre, vous avez dit bizarre…