S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Une sous-traitance et une délégation de gestion massives chez AG2R

La commission Politique Sociale du CSE était consacrée le 3 juin à l’analyse de la sous-traitance sur l’activité retraite et à la politique de délégation de gestion. Une fois de plus la Direction affirme que le recours massif à des équipes externes est la condition pour un maintien de nos emplois. Nous allons y revenir…

La délégation de gestion prend de l’ampleur…

La première intervention a concerné la politique de délégation en santé prévoyance, délégation qui ne cesse de prendre de l’ampleur au point de représenter en 2020, 80% du chiffre d’affaire intermédié nouveau (nouvelles affaires) et 30% du chiffre d’affaire total. Face à des clients (grandes entreprises, branches, courtiers) en position de force pour imposer leurs conditions, la direction explique que cette situation est subie, qu’elle génère très peu de PNA (Produit Net Assurantiel) et réduit la rentabilité.  

Les élus CFDT ont interpellé la Direction sur la question essentielle du maintien de nos emplois et de nos marges face à la politique de délégation du groupe, en démontrant que sur tous les segments du marché de la collective, rien dans la politique commerciale n’incite à préserver ni à développer la gestion interne.

La délégation, théoriquement limitée à l’appel et à l’encaissement des cotisations santé/ prévoyance et au paiement des prestations santé/ incapacité, fait l’objet de nombreuses demandes de dérogations commerciales pour également gérer les risques invalidité et décès. Cela a donc conduit le Groupe à mettre en place depuis 2014 un Comité Des Engagements (CDE) hebdomadaire où les directeurs financiers et commerciaux décident de prendre ou de refuser les risques et les clients.

Alors que la bonne santé du groupe passe, selon la direction financière, par un développement de la gestion interne, la Direction commerciale ne semble pas complètement sur la même longueur d’onde… On marche sur la tête ! Alexandre Lagache (Directeur Technique) s’est donc engagé à revenir vers la Direction Commerciale pour retravailler la question, le sujet sera également creusé en commission économique et financière… A suivre donc !

A la demande des élus CFDT, la Direction présentera la cartographie complète des délégataires de gestion ainsi que les chiffres ventilés par activité lors de la prochaine commission.

Une sous-traitance dans l’activité retraite massive…

Le 2nd sujet relatif à la sous-traitance en Retraite Complémentaire a été en revanche plus animé. Les élus CDFT ont constaté un décalage entre une Direction convaincue que le recours massif à des sous-traitants est  la seule solution et la réalité vécue sur le terrain par les salariés des centres de gestion.  Le transfert de l’activité recouvrement à l’ACOSS prend du retard et n’aurait lieu qu’en janvier 2023…et non en 2022 comme prévu.

La fin de la PRC programmée se conjugue à l’arrivée d’Alice et il faut en même temps résorber tous les stocks… d’où le recours à la sous-traitance et aux CDD ! On demande ainsi à nos équipes internes de former les sous-traitants et de monter en compétence sur Alice  … Tout le monde est au four et au moulin et bien entendu jamais la Direction ne répond aux injonctions de la CFDT sur l’octroi d’une prime. La Direction a conscience que la situation va encore se dégrader mais considère que c’est un mal nécessaire ! Espérons que les salariés ne seront pas mis en difficultés puisqu‘on sait déjà que les objectifs sont difficilement atteignables. D’ici 2023 la Direction souhaite que nos équipes internes se concentrent sur le traitement des dossiers sur Alice, le reste étant laissé à la sous-traitance/ CDD.

Sur la question de budget, là où on demande à chacun de réaliser des économies, le budget sous-traitance connaît une forte inflation (+3,2% estimés en 2021). Là encore la Direction indique que face à l’obligation de résorber les stocks, aux difficultés d’outils et de transferts des collaborateurs, elle n’a pas eu d’autres solutions… Une question se pose : Pourquoi en est-on arrivés là ? Une petite idée ?

En termes de CRC et PFT CICAS, la tendance est bien posée d’un recours systématique à des prestataires pour les appels/ mails de niveau 1. Selon la Direction il n’y aurait aujourd’hui plus de différence de qualité entre des équipes internes et des prestataires… donc aucune raison de s’en priver bien au contraire !

Malgré ce recours massif à la sous-traitance,  la Direction manque tellement de bras en CRC Retraite Complémentaire et CICAS (Bayonne, Perpignan, Mulhouse etc.) qu’elle a lancé un appel aux Organisations Syndicales pour l’aider à recruter en interne ! Avis à la population !!!

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments